Un point de vue sur l’histoire du cirque

Le cirque est un art jeune ?
Le cirque est un art du peuple, un art du « commun », du « tous », de l’interdépendance, de la nécessite et
de l’instant.
D’ailleurs osons ici une provocation :
« Le cirque n’existe pas ! »
Les « Arts du cirque » plus certainement…
Le cirque défini le lieu dans lequel des artistes se retrouvent et pratiquent ensemble leur discipline
respective. Par nécessité d’abord : il est plus facile de gagner de l’argent quand on est plus nombreux. Par
affinité aussi : une proportion large de disciplines artistiques attire un public plus large.
De nos jours le cirque traditionnel cohabite avec le cirque contemporain.
Là où le premier s’émerveille des prouesses surhumaines de ses héros, le second propose une dramaturgie
invitant à la poésie et qui parfois révèle les difficultés liées à la condition humaine.
Il n’y a pas ici matière à élever l’une des formes contre l’autre mais, au contraire, à les mettre en
perspective.
Les formes artistiques évoluent, se développent, se frottent.
Il en va de même pour toutes les formes d’art majeur et c’est tant mieux.
Le cirque serait donc un art majeur ?
En tout cas il s’enrichit d’autres formes d’art et les inspire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *